Sébastien - Responsable Commercial Expert

10 ans que Sébastien travaille chez Naturapi ! Avant cela, son parcours atypique a surtout été tissé par des passions, et un goût prononcé pour la découverte. Après des études commerciales, ce féru de 4x4 trial a fait une école de mécanique, avant de rejoindre le groupe Citroën, pour mettre son nez dans les moteurs de bateaux et d’autos. Après quelques années à jouer de la clé à molette, il a décidé d’opérer un changement drastique en rejoignant l’exploitation apicole de son frère aîné. Toujours soucieux d’apprendre, la formation apicole était donc incontournable, et c’est fraichement diplômé qu’il a pu embrasser cette nouvelle carrière d’apiculteur professionnel.

400 ruches, un terroir de grande qualité, les deux frères ont mis en œuvre tout leur savoir-faire pour produire des miels d’exception. Les plus fins palais ne s’y sont pas trompé : plusieurs médailles au Concours Général Agricole, la reconnaissance du Club Prosper Montagné, et parmi leurs clients : les frères Troisgros, Olivier Roellinger, Joël Robuchon…

En 2007 Sébastien arrête l’apiculture pour laisser libre cours à des projets personnels et assouvir ses envies de voyage. Il part pour l’Afrique avec sa famille, pendant une période qui marquera à jamais sa vie ! De retour en France fin 2009, une annonce capte son attention : Naturapi, qui était auparavant son fournisseur de matériel, recrute ! Et voilà comment il est arrivé là, d’abord magasinier, puis vendeur, puis responsable du dépôt, puis commercial, il est devenu très rapidement notre responsable technique et commercial. Aujourd’hui il est à la fois le référant technique et le formateur pour tout notre réseau de magasins, mais aussi le responsable commercial, et surtout notre expert pour l’ensemble du matériel professionnel. Sa connaissance de la mécanique, de l’électrique et son parcours en tant qu’apiculteur professionnel, lui confèrent des compétences techniques inégalées pour le matériel apicole.

Et sa pratique apicole dans tout ça ? « Oh je n’ai plus que 200 ruches maintenant, tout en Dadant 8 ! ». Passionné par le travail de la génétique, par l’élevage et la sélection, Sébastien œuvre pour la préservation de l’abeille noire plus que pour la production de miel désormais. Son cheptel est choyé, comme tous les animaux qu’il élève (parmi lesquels des lamas !) au cœur de l’exploitation familiale de petits fruits BIO, dans un environnement de moyenne montagne très préservé. La vie à la campagne l’occupe beaucoup, il y a toujours des travaux à faire, il faut s’occuper des animaux, et puis surtout il y a la famille, les enfants, c’est là l’essentiel et l’indispensable.

Dans la vie de l’entreprise, Sébastien est un collègue toujours très bienveillant et plein d’humour. Nous ne lui connaissons qu’un petit défaut : il ne sent pas toujours sa force ! Alors parfois, dans un excès d’enthousiasme, il démonte les portes des bureaux...En même temps c’est devenu un gage de qualité : il teste tout le matériel ! Si c’est « Seb-résistant », c’est incassable. Nous pensons même en faire un label qualité !

Malgré un emploi du temps toujours très chargé, il a bien voulu, lui aussi, consacrer quelques minutes à l’expérience du portrait chinois :

Si tu étais un outil, tu serais ? 

Une machette ! Je l’ai beaucoup utilisée en survie en Guyane, dans les milieux hostiles c’est l’outil fétiche pour avancer. Maintenant je la garde dans la voiture ça peut toujours servir !

Si tu étais un fleuve, tu serais ? 

Le Niger. J’ai vécu au Mali et j’ai eu la chance de le parcourir. Il est très large, il semble intemporel et immuable. Au crépuscule les animaux sauvages viennent y boire, on voit des lions, des girafes, on entend beaucoup de bruits différents, toute une vie prend forme, on oublie tout à ce moment-là.

Si tu étais une épice, tu serais ? 

La fève de Tonka, elle est mystérieuse, subtile, c’est très difficile à définir.

Si tu étais un arbre, tu serais ? 

Le Neem, pour son odeur qui procure un sentiment très « epidermique ». Cela me rappelle le rift quand j’étais au Kenya, et cette sensation totalement extraordinaire, comme si toutes les cellules de mon corps reconnaissaient la Terre originelle.

Si tu étais un moyen de transport tu serais ?

Un taxi-brousse ! Parfois ils n’ont ni fenêtre ni frein, mais ça ne les empêche pas d’avancer ! Si l’on tombe en panne, on pousse ! J’adore cette rusticité et cette nonchalance.
les « accidents » et l’imprévu de manière générale permettent de mettre les évènements en perspective. Et puis c’est surtout l’occasion de trouver des solutions, faire des découvertes et rencontrer des gens que l’on n’aurait certainement jamais croisé autrement.

Si tu étais une science, tu serais ?

Le Biomimétisme. S’inspirer de la nature pour développer des techniques, appliquer les connaissances que la nature possède déjà pour résoudre nos problèmes d’Etres Humains.

Si tu étais une devise ou une expression, tu serais ? 

J’emprunte très souvent la devise de Mandela: « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends ». Je fais en sorte de la transmettre à mes enfants, de leur dire qu’il n’y a pas d’échec, que des essais !