Pourquoi et comment faire la réunion de colonies d’abeilles ?

8 avril 2021

Qu’entend-on par réunion de colonies d’abeilles ?

Effectuer une réunion de colonies d’abeilles signifie faire cohabiter deux essaims dans une même ruche. Réunir deux colonies a pour but de renforcer et de préserver vos essaims d’abeilles. Vous évitez ainsi la perte d’un essaim, trop petit ou faible pour survivre à l’hiver ou des maladies.
C’est une pratique courante qui demande cependant quelques précautions, sans lesquelles la réussite de cette opération n’est pas assurée. Toutes les actions menées doivent conduire à favoriser la bonne entente entre abeilles issues de colonies différentes !

 

Apiculteurs qui consultent l’état de leur ruche.

Pourquoi réunir deux colonies d’abeilles ?

Il existe plusieurs raisons qui peuvent conduire un apiculteur à réunir deux colonies d’abeilles :

  • Remplacer une reine trop vieille ou déficiente par une jeune reine, après avoir effectué des divisions de ruches ;
  • Sauver une colonie qui aurait perdu sa reine ou qui serait devenue bourdonneuse ;
  • Renforcer une colonie faible, trop peu populeuse pour passer l’hiver, en la réunissant avec une colonie plus dynamique ;
  • Vous avez récupéré deux essaims secondaires et vous souhaitez les réunir par manque de place. (On appelle secondaires les essaims issus d’un essaimage et qui ont alors à leur tête une vieille reine.) ;
  • Plus rarement, vous souhaitez réunir deux ruchettes pour créer une ruche de production de miel.

Quand réunir 2 colonies d’abeilles ?

Il est préférable d’attendre la belle saison pour regrouper deux essaims. Ces réunions de colonies d’abeilles se passent bien mieux au printemps pendant les grandes miellées.
Cependant, l’apiculteur doit parfois procéder à des réunions en fin de saison pour assurer la survie de deux colonies d’abeilles à l’approche de l’hiver. Il faut alors redoubler de vigilance pour ne pas commettre d’erreurs fatales pour les abeilles.
La réunion de colonies d’abeilles doit être faite en toute fin de journée, de 17h à 19h selon la saison et par temps frais, quand les températures vacillent entre 12°c et 15°c. Il est important que les butineuses soient rentrées à la ruche. Ce sont les abeilles les plus anciennes qui deviennent les plus agressives en cas de problème. Il est important qu’elles soient dans le même état d’esprit que le reste de leur essaim au moment de la réunion des colonies.

 

Évitez d’effectuer une réunion de colonies d’abeilles par temps orageux ou quand vos abeilles sont nerveuses.

 

Où réunir les colonies ?

Lors de la réunion des ruches, une des deux ruches devra être déplacée dans le rucher de l’apiculteur. Les butineuses de la ruche déplacée voudront inévitablement retourner à l’emplacement initial de leur ruche, même après réunion. L’idéal, pour ne perdre aucune abeille, est de déplacer la ruche composée des deux colonies d’au moins 3 km immédiatement après leur réunion. Ainsi, les butineuses des deux ruches devront se réorienter dans un nouvel espace et aucunes ne seront perdues.
Après une vingtaine de jours, les deux colonies sont mélangées sur un seul corps de ruche. Lorsque la réunion des colonies est totalement réalisée, la ruche peut être de nouveau déplacée à son emplacement définitif.
Notez que si vous ne pouvez pas déplacer vos ruches à 3 km de l’emplacement définitif, vous pouvez les placer 3 jours au frais dans une cave pour les désorienter.

Comment réunir 2 colonies d’abeilles ?

La méthode la plus douce et à la portée des apiculteurs confirmés comme amateurs est celle de la “superposition”. Il existe plusieurs variantes à cette méthode. Une réunion de colonies d’abeilles par superposition peut être faite notamment grâce à du papier journal ou une grille de réunion.
Qu’importe la technique choisie, il conviendra d’abord d’effectuer un orphelinage d’une des deux colonies. Vous devrez donc éliminer la reine la plus vielle et la moins dynamique.
Si vos reines sont toutes deux vierges ou bien qu’elles se valent en qualité, il est possible de faire une réunion “sauvage”. Vous remettez alors le sort d’une des reines entre les mains de dame Nature.

Technique du papier journal.

Étape 1 : Vaporisez la ruche orpheline.

Vaporisez 5 ml de Bee’Full Zen (3 à 5 coups de gâchette) sur les cadres et les abeilles de la ruche orpheline. Évitez de vaporiser du produit sur les cadres de couvain. Ce produit contient de l’eau sucrée, des huiles essentielles et des composés aromatiques qui apaisent vos colonies. Donnez quelques coups de fumée sur le dessus des cadres afin que les abeilles descendent dans la ruche.

Étape 2 : Recouvrir d’un “sandwich” de miel et de papier journal.

Disposez sur les cadres de cette même ruche, du papier journal qui sera grignoté par les abeilles pour une réunion de colonies d’abeilles en douceur. Vous aurez étalé au préalable du miel entre les deux feuilles de journal. Ce “sandwich” est percé d’une dizaine de minuscules trous qui laisseront passer les phéromones et les odeurs de miel.

Étape 3 : Préparation de la seconde ruche avec la reine.

Donnez quelques coups de fumée au trou de vol de la seconde ruche. Vaporisez vos cadres de Bee’Full Zen de la même manière que la première ruche. Refermez-la avec son couvre-cadres et son toit. Attendez que les dernières butineuses retardataires regagnent la ruche, pas plus de 30 minutes.

Étape 4 : Réunion de colonies.

Transportez cette ruche à côté de celle orpheline. Désolidarisez la ruche contenant la reine de son socle et superposez-la sur le corps recouvert de papier journal.

Étape 5 : Déplacement et attente

Laissez les dernières abeilles rentrer dans la ruche et fermez le trou de vol. Déplacez l’ensemble à 3 km. Une fois sur place, après 10/15 minutes, ouvrez le trou de vol. Les abeilles de la ruche du dessus feront un vol d’orientation avant la tombée de la nuit. Celles de la ruche orpheline le feront le lendemain matin.

Étape finale : La réunion.

La rencontre se fera dans la nuit du premier jour après 4 à 8h, selon la force des deux colonies.

Technique de la grille de réunion Nicotplast.

La grille en plastique de réunion Nicotplast ressemble à une grille à reine, avec des orifices encore plus petits qui ne permettent pas le passage des abeilles. Seules les odeurs et les phéromones passent entre les deux corps.
La réunion de colonies d’abeilles avec la grille Nicotplast est en tous points identique à la technique du papier journal. Lors de l’étape 2, le papier journal est simplement remplacé par la grille. Cette dernière est laissée pendant 24 à 48h. Ce laps de temps est nécessaire. Il permet de confondre les odeurs des deux nids à couvain sans qu’aucune abeille ne se rencontre. Une fois la grille retirée, pas une abeille ne se bat.

 

Technique proposée par Nicotplast pour la réunion d’essaims.

 

Quels sont les risques ?

Il est impératif de prendre de nombreuses précautions lors de la réunion des colonies. Loin d’être une action anodine, l’échec d’une réunion peut entrainer la mort de plusieurs milliers d’abeilles, d’une précieuse reine ou encore la perte pure et simple des deux colonies.

Une réunion sans recherche ou élimination d’une des deux reines conduit inévitablement à des risques de bataille entre colonies. Ces réunions que l’on appelle “sauvages” ne garantissent pas la survie de la meilleure des deux reines. Ainsi la réunion qui avait pour but initial de renforcer et d’améliorer la qualité d’une des deux ruches, conduira à l’élimination d’une colonie de bonne qualité au profit d’une médiocre.

Comment éviter les risques.

Vous trouverez ci-dessous nos préconisations afin d’écarter tout risque d’échec lors de vos réunions de colonies d’abeilles.

  • La technique choisie : Privilégiez les superpositions de ruches avec du papier journal ou une grille de réunion ;
  • Le papier journal : si vous effectuez la réunion avec le papier journal, veillez à ce que ce dernier ne soit pas trop épais et trop peu percé ;
  • La période : Il est primordial de faire une réunion le soir par temps frais. Ainsi les butineuses, qui sont les plus batailleuses en journée, seront déjà rentrées. Leur présence dans la ruche durant la nuit leur donnera le temps de s’accoutumer aux odeurs de la deuxième colonie ;
  • Risque de maladie : Les réunions de colonies sont à proscrire si l’une des deux colonies présente des signes de maladie ;
  • L’état des essaims à réunir : évitez de réunir des abeilles qui seraient nerveuses ou agressives à cause d’un précédent traitement contre le varroa ou d’une mauvaise météo ;
  • Origines inconnues : une mise en quarantaine d’un essaim dont l’origine est inconnue est obligatoire avant d’envisager une réunion de colonies d’abeilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée.

Champs Obligatoires *