Février : le mode d’emploi apicole pour bien conduire son rucher avant le printemps.

18 février 2021

Le mois de février est une période de transition importante, il se place tout juste entre la fin de l’hivernage de vos abeilles et le début de la saison. Vos abeilles ont été au repos pendant tout l’hiver, leur réserve en nectar et pollen est quasi-inexistante alors même que la reine reprend la ponte.

Comment nourrir les abeilles en février ?

Pesez vos ruches régulièrement pendant l’hiver.

Il est primordial de surveiller les ruches pendant leur hivernage et garder un œil notamment sur les colonies faibles. Pour avoir une idée de l’état de leurs réserves, la pesée des ruches est nécessaire tout au long de l’hiver. Une perte d’un kilo par mois en pesée arrière est normale. Cependant, si la colonie (dans un corps de ruche Dadant 10 avec couvre-cadres et toit tôle) a un poids inférieur à 14 kg, vous pouvez recouvrir les corps de ruches de film transparent ou à bulles plus rigides, voire agrafer un morceau de couverture de survie (qui porte bien son nom) pour préserver au mieux leur cocon de chaleur ! Veillez ensuite à donner un pain de candi directement sur les têtes de cadres, de préférence protéiné.

Nourrir : Comment soutenir la reprise de la ponte et l’élevage du couvain ?

En fin d’hiver, la reine reprend la ponte. C’est le moment idéal pour placer du candi protéiné sur vos têtes de cadres. Le sucre est essentiel pour le chauffage du couvain qui avoisine les 35/40 ° C et les protéines sont indispensables aux nourricières pour leur production de gelée royale. Les larves ont en effet un besoin important en protéines. Un apport en protéines constitue un socle de ressources nécessaires à leur développement.

Nourrir : Que faire si une ruche présente des signes de maladie ?

Il est possible qu’une colonie populeuse présente quelques signes d’affaiblissement plus importants qu’en temps normal : mortalité légèrement plus élevée, un petit nombre d’abeilles rampantes et une colonie moins dynamique malgré des températures plus douces. Ces quelques signes de risque de maladies peuvent vous encourager à donner un demi-litre de sirop 50% eau 50 % sucre, le tout chauffé à 40°. La mixture chaude doit être servie dans un nourrisseur-cadres et à une colonie populeuse uniquement. Ce repas chaud sera consommé en quelques heures à peine.

Stimuler la ponte de la reine autrement !

Que faire au rucher en février lorsque les températures atteignent au moins les 10°c ? Déplacer délicatement les ruches en veillant à ne pas disloquer la grappe peut avoir des résultats tout à fait étonnants ! Les secousses provoquées par la promenade de votre ruche dans le jardin, conduisent à la désolidarisation de quelques abeilles de la grappe. Ces dernières deviennent en conséquence plus gourmandes et entrainent alors une accélération de la ponte de la reine une fois la ruche à sa place initiale. Un couvain plus abondant aura pour vertu d’obtenir une colonie plus forte et une meilleure production de miel en début de saison.

Comment désinfecter la ruche ?

La désinfection des ruches et de votre matériel est une étape essentielle afin de garantir un environnement sain pour les abeilles. Il n’existe pas de médicament miracle pour soigner vos abeilles malades. En apiculture le précepte : “mieux vaut prévenir que guérir” doit être suivi à la lettre, aussi la prophylaxie est une méthode de travail commune en apiculture.

La prophylaxie désigne le processus actif ou passif ayant pour but de prévenir l’apparition, la propagation ou l’aggravation d’une maladie, par opposition à la thérapie curative, qui vise à la guérir.

Comment désinfecter votre matériel ?

Si les spores des loques résistent pendant au moins 40 ans sur une surface métallique, seules les flammes et la javel peuvent en venir à bout. Pour garantir une désinfection parfaite de votre lève-cadres, trempez-le dans une eau javellisée et/ou passez-le sous la flamme d’un chalumeau.

Comment assainir vos ruches ?

Premièrement, raclez le bois pour en retirer la propolis et la cire qui pourraient bouillir et abîmer leur surface. La désinfection des ruches s’effectue au chalumeau. Avant que la flamme ne lèche le bois, veillez à ce que ce dernier soit bien à nu. Le feu apportera une couleur de pain bruni à votre bois. Cette opération doit s’effectuer bien entendu en extérieur afin d’éviter tout risque d’incendie. De plus, la propolis enflammées rejettent des vapeurs qui ne sont pas saines pour les bronches de l’apiculteur. Il est plus aisé d’effectuer une désinfection des ruches en hiver afin de ne pas être dérangé par vos abeilles. Ces dernières étant gentiment confinées au chaud dans leur ruche.

Comment désinfecter les grilles ?

Même traitement que pour le bois de vos ruches pour les grillages ! Pour éliminer toutes traces de maladie, il faudra les passer sous la flamme. Pensez bien à tous les éléments en métal de vos ruchettes et ruches : le grillage des plateaux de ruches, les grilles à reine, etc. Les éléments de ruche tels que les couvre-cadres, les planchers, etc.

Comment désinfecter les éléments en plastique ou toile ?

La désinfection des objets en plastique se fait à l’eau de javel à raison de 300 ml de javel (à 2,6 % chlore actif) pour 1 L d’eau. Si vous ajoutez 5 % de liquide vaisselle l’eau accroche mieux à la cire. Grattez bien les morceaux de cire et de propolis. Une fois fait, laissez tremper pendant 15 minutes environ. Ajoutez 15 minutes supplémentaires pour tous les rayons et toutes vos feuilles plastiques de hausse et de corps. Notez que les traitements à la mèche soufrée peuvent purifier vos cadres, notamment vos cadres déjà cirés !

Comment protéger la ruche contre l’arrivée imminente des frelons asiatiques ?

Le frelon asiatique va commencer à pointer le bout de son nez ! Comme toutes espèces de guêpes et de frelons, le mois de février est propice à leur reproduction. En fin d’été, les colonies produisent des femelles dont certaines sont déjà fécondées. Une fois l’hiver passé, ces dernières explorent les environs en quête d’un lieu propice pour fonder une nouvelle colonie.

Le Piégeage : une bonne idée ?

Limitez le piégeage aux abords des nids de l’année précédente (500m) afin d’éviter la diffusion des fondatrices du frelon asiatique. N’étendez pas vos pièges, vous risqueriez d’attraper d’autres insectes !

Quand capturer les fondatrices ?

Que faire au rucher en février quand les fondatrices pointent le bout de leur nez ? Eh bien, beaucoup d’apiculteurs entament une chasse aux fondatrices. Se reposer uniquement sur des solutions de piégeage de fin de saison, soit juillet et août, est insuffisant. Piéger plus tôt dans l’année permet de réguler les populations sur un territoire donné. Une femelle fécondée capturée équivaut à un nid de milliers de frelons qui ne verront pas le jour. En période de construction de nid, alors que les températures sont encore fraiches, cette dernière est très attirée par les substances sucrées.

Préparons-nous pour le printemps 2021 ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée.

Champs Obligatoires *