La lutte contre le frelon asiatique, ça commence dès le printemps !

Quand on est apiculteur, qui dit Février, dit, non pas « saint Valentin », mais « naissance des fondatrices du frelon asiatique ».  En 15 ans depuis que le nuisible a envahi entièrement la France, une forme de rituel s’est mis en place pour tous les passionnés d’apiculture. Nous avons pris l’habitude de surveiller le cycle du frelon, de chercher et tester de nouvelles techniques afin d’éradiquer le plus rapidement possible ce fléau.

Identifiable par son thorax noir et ses pattes jaunes, le frelon asiatique arrive accidentellement par container en France au début des années 2000. Aujourd’hui présent sur une grande partie de l’Europe, on estime sa vitesse de propagation à 100 km/an.

Impact du frelon asiatique sur les ruchers.

Une étude récente de chercheurs français sur un rucher de l’ouest de la France établit le constat suivant : les abeilles se paralysent dès lors que des frelons asiatiques sont à proximité. La présence de 6 à 8 frelons asiatiques actifs fait chuter l’activité de vol de la ruche de moitié. Cette paralysie empêche leur approvisionnement en nectar et pollen, elle réduit drastiquement leurs réserves pour l’hiver. Au dessus de 12 frelons asiatiques, l’étude souligne que la ruche est entièrement paralysée et vouée à une mort certaine. Alors que 2,5 % des colonies meurent en novembre pendant la prédation des frelons, ce sont 55,3% qui ne survivent pas à l’hiver.

Que faire ?

Piégez ! Voici les périodes clefs pour piéger :

Début décembre à Février : abstenez-vous !

Ne piégez pas, vous éviterez ainsi la capture des fondatrices d’espèces auxiliaires.

Mi-février à la mi-mars : La force tranquille…

Limitez le piégeage aux abords des nids de l’année précédente (500m) afin d’éviter la diffusion des fondatrices du frelon asiatique. N’étendez pas vos pièges, vous risqueriez d’attraper d’autres insectes !

Mi-mars à mi-juin : Le piégeage de printemps

C’est une période clef ! Se reposer uniquement sur des solutions de piégeage de fin de saison est insuffisant. Piéger au printemps permet de réguler les populations sur un territoire donné. Cela consiste à capturer les femelles fécondées capables de construire et développer un nid. Une fondatrice capturée équivaut à un nid de milliers de frelons qui ne verront pas le jour. En période de construction de nid, alors que les températures sont encore fraiches, cette dernière est très attirée par les substances sucrées.

De plus, un piégeage effectué tôt au printemps favoriserait une sélection de frelons plus tardifs et moins prédateurs, plus proches du Vespa Crabro (le frelon européen). En effet, les reines en conquête de nouveaux territoires se confrontent souvent entre elles. Si au premier abord cette information pourrait sembler aller dans le sens d’une régulation de la population, les conséquences de ces combats n’annonceraient finalement rien de bon pour nos butineuses. Les fondatrices victorieuses deviendraient de génération en génération plus vigoureuses et résistantes, ce qui favoriserait leur expansion sur le territoire.

Mi-juin à fin août :

Le piégeage est compliqué durant cette période qui correspond à la fécondation des futures reproductrices. Seule la destruction des nids est possible mais ces derniers sont difficiles à trouver.

De Septembre à Novembre :

Le piégeage redevient possible pendant la période automnale et son objectif est la diminution de la prédation au rucher. A l’inverse, l’utilité de la destruction des nids diminue.

Quels pièges ?

Le piège-cloche est peu onéreux, et permet de libérer d’éventuels frelons européens pris au piège. Il apporte un résultat tout à fait satisfaisant à l’automne et protège un périmètre de plusieurs centaines de mètres. Pour les mêmes raisons, les pièges japonais sont également très appréciés des apiculteurs.

 

Autres moyens de lutte !

Destruction des nids

La destruction de nids est une méthode de lutte incontournable. Elle permet de réduire la pression sur les ruchers et d’empêcher la survie des futures reines fondatrices. Leur repérage n’est pas une mince affaire, souvent les nids sont découverts à l’automne au moment de la chute des feuilles. Les nids primaires sont généralement plus simples à détruire que les nids secondaires : ils sont de plus petite taille et à portée de main. De plus, ils ne contiennent qu’un frelon adulte : la reine. Attendez le soir pour son extermination afin de vous assurer de sa présence dans le nid.

Autres solutions

Le STOP IT est une barrière qui constitue une extension de la ruche. Facile à installer, il permet de réduire le stress des abeilles lorsqu’elles subissent les attaques du Vespa Velutina (le frelon asiatique).

Les réducteurs d’entrée sont à placer en août, pendant le pic de prédation du frelon. Veillez à ne pas les placer systématiquement car ils peuvent ralentir le retour des butineuses à la ruche.

La glu est une solution facile et économique, particulièrement efficace et immédiate contre les frelons. Les battements d’ailes des 4/5 frelons collés sur le piège préviennent les abeilles qui ne s’approchent pas. Veillez toutefois, à ce que les oiseaux ne soient pas les victimes malencontreuses de ces pièges. Placez des cages grillagées au dessus de ces pièges collants pour éviter toute mort inutile !

En conclusion

Suite à de nombreuses lectures, notamment du hors série d’Abeilles et Fleurs, spécial frelon asiatique, « Mieux lutter contre le frelon asiatique », nous en sommes venus à la conclusion suivante :

  • Ne négligez pas l’importance du piégeage des fondatrices au printemps.
  • Privilégiez des techniques écologiques. Muselière pour ruche, stop-it… Naturapi met à votre disposition du matériel pour vous assurer une protection de votre rucher sans avoir systématiquement recours à des produits toxiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée.

Champs Obligatoires *